GRAND SAINT BERNARD 1945
AQUARELLES Georges SAUGY

GEORGES SAUGY

GRAND SAINT BERNARD, PRINTEMPS 1945.

Un peu d’histoire moderne: Automne 1942, au cours de la 2ème guerre mondiale, à l’exception du Portugal, de l’Espagne, de la Suède et bien sûr de la Suisse, neutres, l’Europe continentale est occupée par les armées allemandes. En Afrique du Nord, jusqu’alors occupée par les forces italo-allemandes et pro-allemandes, les forces alliées parviennent à reprendre pied et à s’installer; elles débarquent en Sicile en Juillet et à Salerne en Septembre 1943 et commencent une lente remontée de la péninsule italienne: prise de Rome en Juin 1944 et franchissement du Pô en Avril 1945. En juin et Août 1944, ont lieu les débarquement de Normandie et de Provence, le début de la fin du IIIème Reich que Hitler voulait millénaire...

La compagnie territoriale de fusiliers, à laquelle appartenait l’appointé (1
ère classe) Georges Saugy, père de l’auteur de ce site, avait été mobilisée en 1939 à Saint Maurice (Vs). Après diverses affectations, elle contrôlait pendant l’hiver 1944-45 le col du Grand Saint Bernard, passage historique vers la vallée d’Aoste et les plaines de Lombardie. A l’époque, le tunnel n’existait pas encore. Une cinquantaine d’hommes (photo 4509), aux ordres de 2 officiers, le cap. Rosset et le plt. Bach était cantonnée dans la vallée d’Entremont (Orsières, Liddes et Bourg Saint Pierre). Un petit détachement était hébergé dans les bâtiments du monastère du col, une demi-douzaine, car le ravitaillement était difficile, composé des meilleurs skieurs de la compagnie. Toutes les photos, ont été prises par G. Saugy, soit avec le 6x9 du cap. Rosset, soit avec son propre Rolleiflex (6x6). Replaçons-nous à l’époque: encore peu de personnes pratiquent le ski dans les années 40, et encore moins nombreux sont les soldats capables de le pratiquer dans des conditions alpines comme celles de la région accidentée du Grand St. Bernard. C’était donc un exploit de mettre sur de lourds skis, avec sacs sur le dos et fusils en bandouillères, ces hommes de quarante ans ou plus, pères de famille; il est nécessaire de le rappeler.

Au printemps 1945 donc, les troupes alliées envahissent la plaine lombarde. Des déserteurs individuels se présentent tout d’abord au col ou sont interceptés. Ils prenaient un double risque: la feld-gendarmerie allemande les aurait fusillés et les résistants valdotains ne les auraient pas épargnés. Ils se déplaçaient en se cachant ou de nuit, sans avoir une notion précise de la géographie et étaient recueillis par les soldats suisses patrouillant depuis Bourg Saint Pierre ou depuis le col. A moins de 20 ans, le déserteur photographié avec le plt. Bach sur la photo 4501 avait déjà fait la campagne de Lybie avec le maréchal Rommel et la longue retraîte d’Italie! Finalement, une section entière se présente en début de soirée et est repérée alors qu’elle se regroupe sur la rive italienne du lac en attendant des retardataires. La photo d’Emile Gos, prise au début des années 20, montre le lac et le monument de St. Bernard, côté italien. La section attend la nuit pour se décider à traverser le lac, et c’est l’appointé G. Saugy (photo 4508), de garde cette nuit-là, qui arrête la section par un « halt, sie sind in Schweiz ! », répondu par « Gott sei dank ». Ils sont une poignée pour arrêter et désarmer une trentaine de soldats armés, entraînés au combat et encadrés par officiers et sous-officiers. Les moines, eux, se livrent à leur vocation d’accueil et de réconfort. Le lendemain matin les Allemands sont priés d’exploser leurs grenades et d’enlever les culasses de leurs fusils avant de descendre à pied dans la neige en direction de Bourg Saint Pierre, accompagnés par les Suisses à skis (photos 4502 & 4503). Une photo (4505) les montre dans la grande rue de Bourg Saint Pierre, devant l’hôtel du Repos de Napoléon, sous le regard de 3 mômes rentrant de l’école et d’un cultivateur; ces soldats ne sont pas débraillés et ont encore de l’allure; pour eux, la guerre est heureusement terminée.

En ce mois d’Avril 1945, une autre caravane remonte la vallée d’Entremont; c’est la princesse Marie-José de Belgique, épouse d’Humberto, prince héritier de la couronne d’Italie. Son propre pays envahi par les armées d’Allemagne, alliée de l’Italie de Mussolini, elle s’était exilée en Suisse; elle rentrait en Italie rejoindre son mari promu lieutenant-général du royaume par son père Victor-Emmanuel III, trop compromis avec le régime fasciste de Mussolini, dans l’espoir de sauver la royauté en Italie. Nous la voyons se reposant à la cantine de Proz (photo 4506), dernière étape avant la montée au col du Grand Saint Bernard. Terminés les fastes et les limousines! la caravane se compose d’un mulet, du muletier et de 2 porteurs avec leurs cacolets. Marie-José se repose sur l’escalier, le curé de Bourg Saint Pierre – ou est-ce le prieur du monastère - lui sert un café, les porteurs patientent, et le plt Bach s’assure qu’elle gagnera le col en sécurité; « sic transit gloria mundi » !

Enfin, après ces années de fureur, le 8 Mai 1945, les canons se taisent, les cloches carillonnent et l’appointé G. Saugy nous lègue cette photo (4507) paisible de l’église de Bourg Saint Pierre. Les soldats suisses rentreront dans leurs foyers, les soldats allemands retrouveront leur pays détruit, et après un référendum, Marie-José et Humberto seront bannis d’Italie.

4509  45 08
A gauche, la compagnie II/132 alignée pour la photo souvenir. A droite, l'appointé Georges Saugy de garde au Col du Grand St. Bernard.

45 01
Le premier déserteur allemand recueilli, sur la route du Grand St. Bernard, avec le plt. Bach.

45 02
La section allemande regroupée devant les bâtiments du monastère.

45 03
Dans la combe des Morts, en route vers Bourg Saint Pierre.

45 05
La section désarmée dans la grande rue de Bourg Saint Pierre, devant l'Hôtel du Déjeûner de Napoléon.

45 06 a
La caravane de Marie-José de Belgique se reposant sur les escaliers de la cantine de Proz, en route vers le Grand Saint Bernard et l'Italie.

Article J. de G.01:05:45 Marie-José de Belgique
Coupure de presse relatant l'évènement photographié ci-dessus.

45 07
8 Mai 1945, l'église de Bourg Saint Pierre.


GS méd bGS méd a
Médaille-souvenir Noël 1940.



GRAND SAINT BERNARD 1945
AQUARELLES Georges SAUGY



Haut de page