UTAH, GSL , SLC & BING. COPPER MINE.

L'Utah est un très bel état, semi désertique, avec de nombreux sites naturels superbes. On atteint sa capitale, Salt Lake City, en une heure de vol depuis Denver, dans le Colorado, en survolant les Rocheuses. Il est situé en bordure Ouest des Rocheuses. En voiture c'est bien plus long, mais la traversée des Rocheuses est superbe.


Utah Reference Map-1
Carte de l'Utah; la hauteur est de 555 km.
(yellowmaps.com)

L'Utah est indissociable du Grand Lac Salé et de la religion mormone, dite Eglise des Saints des Derniers Jours. Il est aussi bien connu des cruciverbistes pour son vieil Américain en 3 lettres! L'église des Mormons ou plutôt la cathédrale se voit, fort bien, en haut de Salt Lake City, mais les mécréants n'y ont pas accès. Le Mormonisme, association déviante de religions chrétiennes et antérieures, est d'une conception curieuse: Un soir où LS et un collègue séjournaient à SLC, ils montèrent jusqu'à la cathédrale et furent invités à visiter un centre de conférence, suite de salles où était expliqués l'origine et l'historique de la religion mormone: spectacles son et lumière, en demi-dimension, sortes de diaporama fort bien conçus. Trente ans après, voici ce qui reste de ce spectacle à l'auteur: La treizième tribu d'Israël est bien connue, ce sont les Falachas d'Ethiopie pour les uns, un royaume mythique sur la Volga pour les autres... Pour les Mormons, la treizième tribu, c'est leur origine: elle a quitté la terre d'Israël pour se diriger vers l'Ouest et se fixer au Mexique. Ce sont les Aztèques, massacrés par Cortez et sa troupe arrivant montés à cheval, tels des Centaures; chemin faisant, les tables de la loi leur fut remises par l'ange Moroni; et ces tables furent enterrées dans le Vermont. Le même ange en indiqua l'emplacement à Joseph Smith, qui les déterra, oh miracle, au fond de son jardin, et les traduisit. Comment Joe Smith a-t-il pu, ensuite, perdre des objets aussi précieux et qui avaient traversé les millénaires? ça, le commentaire ne le dit pas, ni en quelle langue elles étaient écrites, ni sur quel métal elles étaient gravées. La pataphysique existant (lire par exemple "Le Signal du Sourcier" du prof. Yves Rocard), pourquoi pas cette pataprotohistoire?... Est-ce moins vraisemblable que la religion chrétienne, avec l'Immaculée Conception, les miracles de Jésus, la Résurrection, l'Ascension et l'Assomption de la Vierge? C'est en 1828 que Joe Smith découvrit les tablettes et se mit à prêcher la bonne parole, tout en récoltant (escroquant?) des fonds indispensables au sauvetage des âmes (la MIVILUDES connait bien cette association triangulaire, dont le troisième angle le sexe). Mais cela finira mal pour lui, qui termina lynché par ses compatriotes excédés par ses prêches et ses escroqueries. Brigham Young reprit le flambeau et les prêches, provoquant la même exaspération; tant et si bien qu'il se fit expulser du Vermont et se dirigea vers l'Ouest, avec femmes, enfants et adeptes. Du Vermont, sur la côte Est, à l'Utah, les plaines du Middle-West et les Rocheuses à traverser, plus de 3000 km... En traversant les Rocheuses, la route longe la chaîne des Uinta, et un défilé (pioneer trail) à travers les montagnes des Wasatch ouvre sur l'immensité du Grand Lac Salé, paysage grandiose et superbe; cela n'avait peut-être pas échappé à Brigham Young qui décida de s'arrêter et de s'installer au bord du lac; la polygamie? comme en Afrique, c'est une source de main d'oeuvre bon marché... C'était au milieu du 19ème siècle. Curieusement, tout le récit de l'histoire des Mormons, des origines à l'arrivée au Mexique pour les uns et au Grand Lac Salé pour B. Young, est ponctué, à plusieurs reprises par "ils furent riches et heureux", comme si, dans l'esprit des Mormons, ces deux adjectifs étaient indissociables... C'est un fait que l'Utah est un état riche; Salt Lake City est une ville moderne, tirée au cordeau, dont les larges avenues devaient permettre, lors de leur tracé, aux chars à boeufs de faire demi-tour (U-turn). Au restaurant de l'hôtel "Little America" (Best Western Inn, très recommandable), du nom de la base de l'amiral Byrd en Antarctique en 1929), pas d'alcool, comme partout! Mais une petite boutique permettait de s'approvisionner, à l'entrée du restaurant et le bar vendait le verre avec la glace! Les Mormons ont une bonne réputation; LS le tient d'un collègue américain, qui le lui avait dit le jour où LS avait embauché, sans y prendre garde, un ingénieur-géophysicien mormon; un collègue texan le lui avait fait remarquer: "vous avez embauché un Mormon"; "ah bon?"; "vous n'avez pas remarqué son habillement strict?"; "et alors?". "Il sera travailleur, honnête et loyal" , et il le fut.

De Denver, Colorado ("one mile high"), on atteint Salt Lake City (1300 m seulement) en 1 heure de vol, en survolant les Rocheuses; bien plus long, en les traversant en voiture par une route excellente, et en passant par le massif de l'Arapaho, quelques stations de ski et le Dinosaur National Park. La traversée de la chaîne des Wasatch et la sortie avec vue sur le Grand Lac Salé vaut le coup d'oeil.

UTgeomapéch. strat.
Carte géologique de l'Utah. Elle montre bien le bassin et la chaîne d'Uintah, à coeur paléozoïque, seul élément de direction Ouest-Est des Rocheuses, la chaîne Nord-Sud des
Wasatch dominant le Grand Lac Salé et les sommets de l'ensemble tectonique "Basin & Range" (horst & graben) émergeant des déserts de sel.
(about.com)


USA 750 t
De Denver à Salt Lake City, le survol des Rocheuses.

GSL

Vue satellite du Grand Lac Salé, d'une longueur de 120 km, soit presque 2 fois celle du lac Léman (70 km) La chaîne des Wasatch borde le lac à droite; SLC est en bas du lac, à droite, avec Antelope isl.
En bas du lac, à gauche de Stansbury isl., qui protège les salines; tout à gauche, le début du désert de sel de Bonneville.

GSL levels
L'histoire du Grand Lac Salé est presque aussi compliquée que celle de la religion mormone, mais plus facile à reconstituer; ce lac, au cours de son histoire
et suivant la hauteur de son niveau, a rempli les grabens (basins) de la région. Sa plus grande extension, lac Bonneville, date de 14500-20000 ans bp
(before present), le lac Provo va de 14500 ans à 11500 ans bp; c'est la fin du Pléistocène. Il est actuellement alimenté principalement par une source d'eau salée
au Nord; et aussi par des sources d'eau douce en provenance des montagnes de Wasatch; il n'a aucune sortie, et l'évaporation contribue,
avec les variations de son alimentation au maintien de son niveau, extrêmement variable: en 1963, sa surface était évaluée à 2500 km2, à 8500 km2 en 1984,
et à 4500 km2 en 2003. Sa profondeur maximum est de 10 m.
(carte de l'Idaho geol. Survey)


Nord GSL
Le GLS, au Nord, montre bien les stries correspondant aux baisse progressives du niveau du lac, par petits paliers.
Au niveau de l'ancienne voie du train (arc de cercle), la largeur de la baie ("Spring bay") est de 8 km. La source d'eau salée s'y déverse.


USA 752 t USA 754 t
En arrivant à Salt Lake City depuis le Sud, on aperçoit la mine de cuivre de Bingham, plus grande mine de cuivre à ciel ouvert au monde;
et aussi, à droite, les surfaces marécageuses désertiques de l'extrêmité Sud du Grand Lac Salé.

USA 808 t - copie
Le Grand Lac Salé vu d'hélico en atterrissant à Salt lake City.

SLC
Vue satellite de la région de SALT LAKE CITY et d'ANTELOPE et Egg islands, protégées; Antelope isl. est reliée à la terre ferme par une route sur digue.
La longueur d'Antelope island est de 24 km. Tout à gauche, la rive Est de la péninsule de Stansbury island.

USA 794 a t USA 794 t - copie
A gauche, SLC, les Wasatch mountains et les bâtiments de l'église Mormone; à droite, SLC et son capitole tout à droite de la photo. Le GSL est au fond et se confond avec le ciel.

USA 770 t USA 771 t
Sur ANTELOPE ISLAND.

USA 765 t
Au Nord d'Antelope island est située une petite île, sanctuaire pour les oiseaux.

USA 758 t USA 757 t
La rive Sud du GRAND LAC SALÉ.

USA 789 t - copie
Au Sud du GLS, un cours d'eau douce issu de la montagne exploitée par la mine de cuivre apporte une verdure rare dans ce désert.


USA 774 t USA 773 t

USA 775 t
La rive Sud du GLS.

Stansbury. Isl
Des SALINES sont exploitées de façon industrielle entre la rive occidentale du GSL et Stansbury island.
Par concentration successives bassin par bassin se succédant du Nord au Sud, des éléments chimiques, dont le potassium sont isolés et récoltés.
Ce processus peut prendre plusieurs années. La longueur de Stansbury isl., qui s'atteint en voiture par une digue, est de 18 km. Cette île isole les bassins de décantation.


USA 776 t USA 781 t

USA 778 t USA 779 t
La sylvinite (NaCl et KCl, chlorure de sodium et de potassium) donne aux dépôts cette coloration rouge).

USA 763 t USA 782 t
A gauche, une foreuse sur barge permet de connaître l'épaisseur de sel.


USA 788 t USA 786 t
A l'Ouest du GLS, la route traverse le désert (à gauche), où seul "Pilot Peak", d'une altitude de 3263 m, à la frontière Utah/Nevada, permettait aux pionniers, en route vers l'Ouest, de se repérer.
A droite, le désert de sel de Bonneville se retrouve plus au Nord; sa surface est supérieure à 10000 km2.

En contournant le Grand Lac Salé par le Nord, de petites routes traversant le désert permettent de passer par les sources d'eau salée qui alimentent le lac. Puis on atteint le point de jonction des lignes de chemin de fer venant de la côte ouest et celui venant de l'Est. C'est le monument national du "GOLDEN SPIKE", le dernier clou (crampon) planté dans la dernière traverse était en or... La découverte d'or avait été faite par Sutter en Californie en 1848, et cette jonction se passait le 10 Mai 1869, 4 ans après la fin de la guerre de Sécession. Les deux compagnies, Central Pacific venant de Californie et Union Pacific venant de la côte Est, payées au kilomètre construit, avaient doublé leurs lignes sur 250 miles, dans l'attente d'une décision du Congrès. La main d'oeuvre était chinoise, beaucoup étaient morts, un chinois par traverse, se raconte-t-il. Les lignes ne passent plus à cet endroit maintenant, mais on peut en voir quelques restes, en particulier au Nord du GLS, près des sources d'eau salée. C'est l'occasion de montrer des reproductions d'anciennes photos de cette cérémonie et de l'Ouest américain à cette glorieuse époque.

GLS Ouest



USA 178 t - copie
Plan du site de "Golden Spike".

USA 280 t - copie
Les deux locomotives, venant de l'Ouest et de l'Est, lors de la cérémonie du "Golden Spike, le 10 Mai 1869. La locomotive "Jupiter" est à gauche.

USA 285 t - copieUSA 282 t - copie
USA 281 t - copieUSA 284 t - copie
Scènes de la conquête de l'Ouest. "Chuck waggons", hérités de la guerre de Sécession et diligence postale.

USA 283 t - copie
Campement d'Indiens.


EXPLORATION SISMIQUE sur le GRAND LAC SALÉ.

Les opérations de recherches pétrolières ne sont pas simples à mener sur le GLS, en raison des protections imposées par les différentes autorités: il y avait les crevettes à épargner, les oiseaux dont il fallait respecter les saisons de nidification et l'industries salifère dont il fallait bien sûr respecter les installations pour éviter que les saumures des différents bassins ne se mélangent. Une équipe sismique y fut déployée pendant deux saisons. La méthode sismique consiste à provoquer des explosions dont les échos (signaux réfléchis) sont recueillis par des sismographes miniaturisés (hydrophones dans l'eau et géophones à terre) transmis par ondes radio à des enregistreurs dans une cabine mobile. La source d'énergie livrant le spectre de fréquences le plus varié est la dynamite, descendue au fond d'un petit forage, à terre, ou bien, autrefois balancée en mer. La dynamite n'est plus appréciée en raison de ses nuisances; à terre, elle est remplacée généralement par des vibrateurs montés sur d'énormes engins de chantiers, vibrant de la haute fréquence à la basse fréquence; on en a vu une nuit sur les "Champs-Elysées". En mer par des canons à air de différents diamètres pour délivrer un large spectre de fréquences. A terre, les géophones sont groupés en 24 ou 48 par trace, disposés en 24 ou 48 traces branchées tous les 50 m sur de longs câbles, ou chacune à une bouée émettrice. En mer, les hydrophones sont insérés dans des streamers, tubes plastiques remplis de liquide dont la pression variable permet déterminer la profondeur d'immersion. Les signaux sismiques sont numérisés dès les géophones ou hydrophones et enregistrés sur le navire en mer ou dans une cabine mobile à terre. Le positionnement se fait par GPS, et on est passé maintenant de la 2 à la 3D; les infos sismiques remplissent un volume plus ou moins important; c'est la tomographie, comme l' OCT chez l'ophtalmologiste... Toutes les informations, en 2 ou 3 D sont en temps. Sur le Grand Lac Salé, au début des années 1980, c'était encore de la 2D, et seuls la transmission et l'enregistrement étaient numériques. Sur le GLS, le milieu environnemental passait du marécage à quelques mètres d'eau, ce qui compliquait l'affaire. Différents types de véhicules furent utilisés, tous disponibles aux USA, en provenance de régions marécageuses, à la différence de l'Afrique, où les marais ne manquent pourtant pas... Les vibrateurs étant inutilisables, des tests de différentes sources d'énergie furent faits: dynamite dans des trous forés, canons à air forcés en terre et cordeau détonnant, sous l'oeil très attentif des autorités environnementales. Le cordeau détonnant fut finalement choisi. A la différence de l'Afrique, des équipes de personnels connaissant le travail des équipes sismiques, regroupés en communautés, vivant en caravanes étaient disponibles; les télécommunications étaient bien sûr excellentes, des ateliers de mécanique disponibles, et des séjours en hôtels très confortables, bref, un environnement civilisé! Curieusement, il a fallu à l'auteur un effort d'adaptation après les années d'Afrique! Après appel d'offres, la compagnie française CGG, maintenant CGG-Veritas, la mieux offrante et la moins disante était choisie. L'auteur lui doit quelques unes photos exposées.

Petit rappel: Deux compagnies d'origine française, fondées aux débuts de l'exploration pétrolière moderne, Schlumberger en 1926 et CGG (compagnie Générale de Géophysique), qui en fut issue en 1931, sont devenues les plus importantes au monde, chacune dans sa spécialité: enregistrements physiques dans les sondages et exploration sismique. L'auteur de ce site a eu le privilège d'avoir comme professeur de géophysique à l'Institut de Géologie de l'UNIL, le premier ingénieur embauché par les frères Schlumberger, Edouard Poldini. Si l'on ajoute Technip, importante compagnie d'ingénierie pétrolière, ce n'est pas mal pour un pays sans grandes ressources pétrolières.

USA 814 t - copie USA 812 t - copie
A gauche: un hélico était utilisé pour les ravitaillements légers et les transports de personnels. A droite: visite du chantier par les autorités.

CANONS à AIR.

 &USA 817 t - copienbsp;USA 818 t - copie

USA 821 t

USA 871 tnbsp;USA 825 t - copie
Utilisation de canons à air.

USA 804 t - copie
Paysage de roseaux.

FOREUSES LÉGÈRES et EXPLOSIF.

USA 826 t USA 829 t

USA 870 t USA 830 t
Utilisation de foreuses légères avec explosifs.

CORDEAU DÉTONNANT.

USA 875 t - copie USA 873 t - copie

USA 809 t - copie

USA 876 t - copie USA 802 t - copie
A terre, le cordeau est enterré par des engins spéciaux, puis explosé.

USA 887 t - copie
Une équipe de 2 filles assurent le marquage de la ligne avec des bouées.

USA 855 t - copie USA 811 t - copie
A gauche, détail des bouées émettrices. A droite, les traces sismiques et leurs hydrophones.

USA 865 t - copie USA 856 t - copie
Le transport des bouées émettrices.

USA 863 t - copie USA 868 t - copie
Vérification et règlage d'une bouée émettrice; une bouée par trace. Dans les zones boueuses, elles sont juste enfoncées.

USA 878 t USA 881 t
Sur le lac, une embarcation spécialisée avec cage de Faraday de protection déroule le cordeau et l'explose. Une fille assure le déroulage du cordeau détonnant.

USA 877 t USA 884 t
Explosion de cordeau détonnant; " superb, isn't it? ".


USA 891 t USA 892 t
Et finalement, loin des sismos et des lignes sismiques, le camion d'enregistrement avec les enregistreurs numériques sur bandes enregistre les signaux sismiques.

1986_II_5_777_782-4
Une section sismique dans le Nord-Est du lac, et son interprétation géologique. Une étude gravimètrique confirme que la masse à gauche, plus légère,
représente une montée de sel.
(Cenozoic tectonics and sedimentation of the eastern Great Salt Lake area, Utah, by E. Wilson, Luc Saugy and Mattis Zimmermann. Bull. SGF, 1986, 8, II, N° 5, p. 777-782)

LA MINE de CUIVRE de BINGHAM.

C'est la plus grande mine à ciel ouvert du monde. Elle produit annuellement 250 000 tonnes de cuivre, 70 tonnes d'argent, 3600 tonnes de molybdène et 350 000 onces d'or (presque 10 tonnes). Elle passa successivement depuis les années 1900 des mains de Kennecot, dans celles de SOHIO, puis dans celles de BP et finalement dans celles de Rio Tinto en 1989. Située au Sud du GLS, cette mine se visite facilement, avec un centre d'accueil pour le grand public, et cela vaut largement le détour. Ce&tte mine exploite un plug volcanique de porphyrite datant de 40-50 Ma (Eocène).


coppermine Utah
Photo couverture satellite de la mine de cuivre de Bingham. Le cratère d'extraction principal fait 4 km de diamètre, et la longueur totale présentement
exploitée en fait 10. Sa profondeur est actuellement de 1200 m, 4 fois la tour Eiffel; elle n'en faisait que 3 lors des photos exposées ci-dessous.

photo sate. copper mine 2007
Photo-satellite de la mine de cuivre de Bingham, datant de 2007 (photo earth observatory NASA).

USA 176 t USA 169 t

USA 174 t USA 173 t


USA 171 t USA 177 t
Toutes ces photos sont prises du centre d'accueil, avec un objectif normal et un télé. La dimension des wagons donne l'échelle. Sur les 2 photos prises sans télé, le train de wagons est réduit à un mince trait noir...
Deux godets de pelleteuse remplissent un wagon. L'évacuation se fait par un tunnel, bien au-dessus du fond de la mine.


Les photos des PARCS NATIONAUX et d'ETAT de l'Utah (Dinosaurs, Dead Horse, Arches, Zion, Bryce, etc,) sont exposées dans les pages consacrées aux parcs nationaux.



Haut de page