ILE de GOREE.

La petite île de Gorée est située dans la baie de Dakar, à l'est du port. D'une longueur de moins de 1000 m sur 600 m dans sa plus grande largeur, c'est l'excursion pour tout visiteur du Sénégal, chefs d'états et dignitaires civils et religieux en particulier, et l'occasion de faire acte de repentance; depuis une cinquantaine d'années, les tiers-mondistes et autres bien-pensants ont en effet imposé l'idée, contre la réalité historique, que cette petite île était un centre de traite esclavagiste, dont faisait partie la "maison des Esclaves", clou de la visite.

Gorée 1  carte Gorée
Position de l'île de Gorée dans la baie de Dakar, à g. et carte de l'île de Gorée, à d. La maison dite "des Esclaves" est en 7.

La vérité historique est rappelée dans la lettre mensuelle du 12/10/2012 du professeur Bernard Lugan, dont suit un extraît:

"la véritable histoire de la "Maison des esclaves" a...été écrite notamment par deux historiens de l'IFAN (Institut Fondamental de l'Afrique Noire), Abdoulaye Camara, préhistorien et archéologue, ancien conservateur du Musée de Gorée puis du Musée d'Art Africain de Dakar, et par le père jésuite Joseph René de Benoist, spécialiste de l'histoire du Sénégal. Le lecteur curieux pourra se reporter à ce sujet au journal Le Monde du 27 décembre 1996 et à l'article intitulé "Le mythe de la Maison des esclaves qui résiste à la réalité".

L'histoire racontée par ces historiens est bien différente de la légende officielle de Gorée pieusement récitée par les guides locaux:

1) Ce ne seraient pas les Hollandais qui construisirent la "Maison des esclaves" au XVIIe siècle, mais les Français et cela en 1783, donc à une période ou la traite européenne avait cessé dans la région de Sénégambie depuis plusieurs décennies.Une traite subsistait certes à cette époque, mais elle était à destination de l'Afrique du Nord et elle était pratiquée par des esclavagistes arabo-musulmans. Gorée ne fut pas concernée par elle.
2) Cette maison aurait été commandée par Anna Colas, une signare, c'est à dire une riche métisse.
3) Les "cellules" auraient été en réalité des entrepôts de marchandises.
4) Comme toutes les demeures coloniales de cette époque, la maison abritait une nombreuse domesticité et certainement même des esclaves qui assuraient les tâches les plus ingrates, mais ce n'était pas une esclaverie.
5) A l'époque de la traite florissante, Gorée ne fut pas un centre esclavagiste. Au maximum du mouvement, c'est à dire au XVIIe et peut-être au début des XVIIIe siècles, les historiens estiment en effet entre deux cents et cinq cents le nombre d'esclaves qui y transitaient annuellement."

L'auteur de ce site ajoutera qu'il ne voit pas bien comment des centaines d'esclaves pouvaient être emprisonnés dans le sous-sol de la "maison des esclaves", qui donne sur la mer; simple bon sens... Et dans les années 1970, il avait déjà lu un article paru dans Le Point ou dans l'Express, concernant cette falsification de l'histoire.

Il est à craindre que cette légende ne se perpétue, comme celle du monstre du Loch Ness, dont l'auteur de la célèbre photo a avoué, sans suite, sa falsification sur son lit de mort... Et il y en a d'autres, par exemple l'hypothèse de l'astéroïde qui aurait causé la disparition des Dinosaures à la limite Crétacé-Tertiaire est maintenant bien ancrée dans les esprits; c'est évidemment plus spectaculaire, du point de vue journalistique, que l'épanchement magmatique des "trapps" du Deccan...

Ainsi donc, les vérités historiques et scientifiques sont sacrifiées sur l'autel d'intérêts matériels!

Sen 02-74 t  Sen 02-75 tL'île de Gorée vue de la mer.

Sen 02-86 t
L'île de Gorée vue du fort.

Sen 02-78 t  Sen 02-80 t
Place du port, à g. et place du puits, à d.

Sen 02-82t  Sen 02-84 t
A g., l'église catholique; à d., la mosquée adossée à une falaise d'orgues basaltiques (ankaratrite).

Sen 02-93 tSen 02-96 t
Sen 02-99 tSen 02-103 t
Les petites rues de la ville.

Sen 02-91 t
La visite du musée offre quelques curiosité, dont ce pied trouvé dans un estomac de requin.

Sen 02-88 tSen 02-89 t
La Maison des esclaves et son escalier double; par cette porte, raconte-t-on au visiteur, étaient embarqués les centaines de milliers d'esclaves pour leur dernier voyage.

Les Clinton à Gorée
Le couple Clinton, ce modèle, faisant sa repentance, avec Hillary écrasant sa larme...
touching, isn't it?
photo Paul J. Richards/AFP, Le Figaro 3/04/1998.

Sen 02-94 t
L'embarquement sur la péniche.






Haut de page